Plusieurs associés utilisent le compte courant comme une trésorerie mise à la disposition de l’entreprise. Cette solution à la fois simple et méthodique doit absolument respecter quelques règles, particulièrement en ce qui concerne sa rémunération.

Qu’est ce qu’un compte courant d’associé

Un compte courant d’associé est un fond financier créé par un actionnaire ou un associé de l’entreprise. Les fonds versés peuvent être retirés à n’importe quel moment sans notamment mettre en péril l’état financier de la société. Ce compte courant peut également servir de prêt pour les associés qui possèdent au moins 5% du capital de la société.
Mais selon le Code Monétaire et Financier (art L312-2), les administrateurs, les membres du comité directif ou du conseil de surveillance peuvent en bénéficier sans être soumis à la règle des 5%.
L’associé qui aliment ce type de compte courant peut être aussi remboursé en fonction des conditions établies au préalable. A défaut de disposition contraire, l’associé peut réclamer à tout moment le remboursement du solde créditeur de son compte courant.

Revenus du compte courant

Les avances en compte courant autorisées par les partenaires pourront faire l’objet d’une rémunération à condition que cette dernière soit prévue dans les statuts, le règlement interne ou les conventions de l’entreprise.
Cette rémunération donnée à l’associé représente des intérêts pour la société et qui ont la même forme que ceux d’un placement détenu dans une banque.
Toutefois, il est judicieux de préciser que le taux de rémunération fixé est libre. La société pourra rémunérer à un taux inférieur au taux déductible par exemple. Egalement, le versement des intérêts n’est pas obligatoire. La société et l’associé pourront s’accorder librement et les intérêts pourront être laissés en compte courant et versés ultérieurement.
Les règles et les conditions qui régissent le Compte Courant d’associé sont généralement fournies à tous les membres concernés ainsi qu’à l’avocat et l’expert-comptable de l’entreprise.